Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 18:46
Bon ici point de hobby, mais une petite information sur ce bel art, qui a été pratiqué par mon père durant des décennies!

Cela vallait bien un petit texte! surtout que ce beau métier qui se perd a été repris par mon frère (lien en page d'accueil).
Une affaire de famille donc, car les gravures réalisées ont pour thème des animaux humoristiques, dessinés et gravés par .............. mon grand père, peintre animalier de son état!!!!
livre oklein2
L'imprimerie en taille douce:
Le graveur en taille-douce utilise le burin, la pointe sèche ou l’acide pour graver une plaque de métal, le plus souvent du cuivre. Les incisions sont ensuite encrées à la main ou au tampon. La matrice et le papier humide sont passés sous presse par l’imprimeur en taille-douce.
presse2

Donc le dessin à reproduire est gravé en creux sur la plaque matrice. La taille-douce s'oppose ainsi à la taille « d'épargne », généralement sur bois, où le dessin est épargné par la gouge et demeure en relief, les blancs étant évidés une fois la plaque terminée.

la taille-douce doit donc se pratiquer sur métal, ce qui permet de grandes finesses, inspirées dans leur technique initiale des travaux d'orfèvrerie. En outre, l'encre étant dans les tailles, elle ne sera reportée sur le papier que sous l'action d'une forte pression ; le papier doit être très légèrement humidifié.

La presse est composée de deux rouleaux superposés qui obligeront le papier a venir chercher l'encre dans les tailles du cuivre en passant au milieu de ces mêmes rouleaux.

Il existe 4 procédés de taille douce: la pointe sèche, l'eau forte, le burin et l'aquatinte:

La pointe sèche:
Contrairement au burin qui dégage des copeaux, la pointe sèche, maniée comme un crayon, déchire le métal. Le creux est bordé de barbes, sorte de bourrelets déchiquetés. Ces barbes caractérisent la pointe sèche : elles prennent l'encre autant que les creux et donnent au trait un aspect velouté. Les barbes étant particulièrement fragiles, elles peuvent être préservées par l'aciérage : opération par laquelle on dépose une fine pellicule de fer sur la plaque. Certains graveurs les suppriment avec un ébarboir, ce qui ôte à cette technique la richesse de sa matière.
pointe seche

L'eau forte:
le graveur à l'aide d'une pointe d'acier va dessiner son motif en rayant le cuivre, préalablement recouvert d'une couche de vernis, mettant ainsi le métal à nu. En plongeant la plaque dans un bain d'acide d'ou le nom d'eau-forte. les parties rayées vont se creuser plus ou moins profondemment suivant le temps d'immersion. Les graveurs ont souvent recours à plusieurs essais de morsure pour obtenir une épreuve conforme à leur souhait.

Le burin:

à l'aide d'une tige d'acier tranchant donc le burin, le graveur va creuser plus ou moins profondément le cuivre d'arrière en avant, arrachant des petits morceaux de métal de métal. Plus le sillon est profond, plus le trait sera noir à l'impression, mais toujours d'une netteté caractéristique.
burin2                        burins

L'aquatinte:
sur un cuivre déja gravé à l'eau forte, puis chauffé, l'artiste fait adhérer de la poudre de résine. La plaque est ensuite replongée dans le bain,  l'acide attaque le métal dans les parties non protégées. A l'impression le rendu est plus doux que l'eau forte.

En utilisant ces mots clés dans votre moteur de recherche préféré, vous trouverez de nombreux articles sur le sujets!

oklein

Partager cet article

Repost 0
Published by f5nep
commenter cet article

commentaires